Primo-accédant : définition et avantages

primo-accedant-pret-immobilier.jpg

Devenir propriétaire, tel est le rêve de la majorité des Français. Lorsque l’on est primo-accédant, la réalisation de cette aspiration passe généralement par le prêt immobilier. Heureusement, ce statut peut offrir bien des avantages en termes de crédit et constitue pour l’intéressé une opportunité  pour acquérir son bien immobilier dans les meilleures conditions.

On vous fait découvrir ce qu’est réellement un primo-accédant pour les banques et les avantages auxquels il peut prétendre.

Définition du primo-accédant pour un prêt immobilier

Le primo-accédant est en termes simples, celui qui procède à l’achat d’un bien immobilier pour la première fois. Il qualifie aussi les personnes qui n’ont pas été propriétaires de leur résidence principale depuis 2 ans.

De même, un propriétaire qui dispose d’une résidence secondaire ou qui en fait un investissement locatif, mais qui loue sa résidence principale bénéficie aussi du statut de primo-accédant.

Dans la pratique, 47% de primo-accédants répondent à la conception typique du jeune couple qui commence sa vie étant donné qu’ils ont entre 25 et 34 ans. D’ailleurs, 80% des primo-accédants font l’acquisition de leur bien immobilier en couple et 58% d’entre eux ont un enfant.

Les primo-accédants préfèrent le plus souvent les biens individuels de type pavillons ou encore maisons.

La qualité de primo-accédant ouvre la voie à de nombreux avantages en termes d’achat immobilier. S’ils ne sont pas de nature fiscale, ces avantages prennent la forme d’aides mises en place par les pouvoirs publics.

C’est en tout cas dans le domaine du prêt immobilier que le profil de primo-accédant se distingue le mieux des individus qui sont déjà propriétaires.

Les avantages auxquels le primo-accédant peut prétendre

Un primo-accédant qui fait le choix d’investir dans un bien immobilier neuf se voit appliquer une TVA de 5,5% au lieu de 20%. Pour pouvoir bénéficier de cette réduction fiscale, il doit cependant investir dans une zone ANRU, c’est-à-dire, une zone définie par l’agence nationale de rénovation urbaine.

Des conditions liées aux ressources s’ajoutent encore à la situation géographique du bien acheté pour que le primo-accédant puisse bénéficier de cet avantage fiscal.

Un achat immobilier dans le neuf permettra aussi aux primo-accédants de bénéficier de frais de notaire réduits, à raison de 3% au lieu des 8% perçus habituellement dans l’immobilier ancien. La taxe foncière est ici aussi exclue durant quelques années à partir du moment où l’intéressé en fait la demande auprès de sa mairie.

Les pouvoirs publics ont également mis en place des aides spécialement dédiées aux primo-accédants parmi lesquelles on retrouve le prêt à taux zéro plus ou PTZ+ (à ne pas confondre avec l’Eco-PTZ). En approchant une banque autorisée à proposer ce prêt particulier, le primo-accédant obtiendra le capital qui lui permettra de réaliser son acquisition, remboursable sans intérêts.

Cet avantage est assorti lui aussi de conditions de ressources. Le montant ainsi prêté se présente comme un apport personnel et couvre généralement 18 à 26% du prix du bien immobilier. Il doit donc être complété par un autre prêt bancaire.

La seconde aide disponible pour le primo-accédant est constituée par le prêt accession sociale ou PAS, un prêt conventionné non cumulable à l’exception du PTZ+, du prêt action logement ou du prêt épargne logement et qui répond à des conditions de revenus.

Si le taux du PAS est différent d’un établissement bancaire à l’autre, sa durée de remboursement est de 5 à 35 ans. Les frais de dossier et de notaire peuvent ici être réduits tandis que la perte d’emploi peut constituer pour le primo-accédant une situation ouvrant le droit à une aide.

Enfin, le primo-accédant peut aussi envisager d’opter pour le prêt action logement ou PAL pour financer jusqu’à 30% du prix du logement et pour compléter obligatoirement un prêt accordé par la banque à titre principal.

Pour pouvoir en bénéficier, le primo-accédant devra être salarié au sein d’une société privé qui aura adhéré au comité interprofessionnel du logement connu sous le sigle CIL. Le PAL finance l’achat d’un bien immobilier neuf ou ancien et peut aussi servir dans l’acquisition d’un terrain à condition d’y ériger une construction dans les 4 ans qui suivent l’achat. Le PAL se rembourse sur 20 ans et s’accompagne d’un taux d’intérêt de 1%.

Les avantages du primo-accédant auprès des banques

En dehors des prêts conventionnés par l’Etat et spécialement conçus en vue d’aider les primo-accédants à devenir propriétaires, le prêt bancaire classique fait aussi partie des solutions envisageables.

L’apport personnel du primo-accédant ainsi que les différentes garanties qu’il peut apporter sur la table des négociations conditionneront alors les modalités d’obtention de son prêt immobilier surtout que la banque est libre de définir les conditions dans lesquelles il accorde ce prêt.

Cependant, le primo-accédant garde tout de même certains avantages dans la mesure où son profil pourrait amener la banque à lui accorder des faveurs, s’agissant par exemple d’un jeune emprunteur engagé pour la durée.

L’assurance qu’il devra contracter pourra aussi être moins chère s’il est encore jeune, ce profil bénéficiant souvent aussi de taux avantageux de la part de certains établissements bancaires.

De plus, il faut savoir que le taux d’intérêt constitue l’élément principal à négocier auprès du banquier pour s’assurer d’un prêt immobilier concurrentiel et avantageux pour le primo-accédant.

Toutefois, il n’est pas le seul puisque l’assurance de prêt, les frais de dossier, les pénalités de remboursement anticipé… constituent autant d’éléments sur lesquels il est possible d’obtenir des avantages.

Si le statut de primo-accédant permet de bénéficier de nombreux privilèges, il s’agit aussi d’un profil qui peut manquer d’expérience en termes d’acquisition de bien immobilier.

Passer par l’appui d’un professionnel capable de négocier au mieux son prêt immobilier et de mettre en avant tous les atouts qui pourront faire pencher la balance en faveur de l’emprunteur constitue alors le meilleur moyen de réussir au mieux un investissement de toute une vie.

scroll to top