Assurance de prêt : 25 % d’augmentation pour les prêts inférieurs à 200 000 €

Les questionnaires de santé destinés aux crédits immobiliers inférieurs à 200 000 euros vont disparaître dès le 1er juin. Cette disparition pourrait provoquer un effet de seuil sur les tarifs. Les emprunteurs ont alors le choix de baisser leur crédit immobilier ou le taux de leur assurance de prêt.

Les emprunteurs auront la possibilité de résilier leur assurance de prêt à tout moment alors qu’auparavant il fallait attendre la date d’anniversaire du contrat ou alors le faire lors de la première année. Pour faciliter les emprunts et rendre le crédit immobilier plus accessible aux malades ou anciens malades, le questionnaire de santé sera supprimé dès le 1er juin 2022. Cependant, cette suppression ne concerne que les emprunts inférieurs à 200 000 euros et les clients de moins de 60 ans. Plus de la moitié des emprunteurs deviennent éligible avec ces seuils planchers.

Le questionnaire de santé ou questionnaire médical sert avant toute chose à protéger l’assureur de potentiels risques liés à l’emprunt. Ainsi, il sera prévenu de l’existence d’une maladie grave chez son client et peut potentiellement refuser de lui accorder un prêt immobilier. Cette suppression est vue d’un mauvais œil de la part des banques et des assureurs, car cela leur fait prendre plus de risque sans aucune contrepartie.

COMPAREZ LES MEILLEURES ASSURANCES DE PRÊT SUR LE MARCHÉ

Économisez de l’argent grâce notre comparateur, de nombreuses assurances passés au crible. Une économie estimée à plus de 10 000 euros sur votre prêt immobilier garanti !

logo BNP Paribas cardif
logo Allianz
axa assurance et banque

Une hausse de l’assurance de prêt

Une augmentation des prix de l’assurance de prêt pourrait arriver pour les emprunteurs bénéficiaires de la suppression du questionnaire de santé. Selon Astrid Cousin, porte-parole du courtier en assurance Magnolia « Certains assureurs nous ont parlé de 25 % d’augmentation pour les prêts sous 200 000 euros ». Ceux qui en pâtiront le plus sont les primo-accédants, ce sont ceux qui empruntent le plus des sommes inférieures à 200 000 euros.

Ainsi, les professionnels du milieu de l’assurance de prêt craignent l’arrivée d’un effet de seuil. Cela pourrait pousser les emprunteurs à passer au-delà du plafond instauré. De ce fait, il devrait y avoir beaucoup de nouveaux contrats à hauteur de 201 000 euros afin d’échapper à une potentielle hausse du prêt immobilier. Les emprunteurs en bonne santé auront tout intérêt à souscrire un contrat avant la mise en place de cette hausse afin de bénéficier des meilleures conditions et tarifs.

La solution pour pallier cette hausse

Tous les ménages qui ne peuvent ou ne veulent pas s’endetter davantage subiront par la force des choses la hausse des tarifs. Cependant, un élément peut jouer en leur faveur, la quotité d’assurance de prêt. Cela consiste pour les assureurs d’accepter d’assurer chaque emprunteur à moitié. Cela signifie que chaque emprunteur est assuré pour 50 % du prêt, donc si un décès survient alors l’assurance prendra en charge l’autre moitié du prêt immobilier. Si le prêt est à hauteur de 200 000 euros, alors chaque emprunteur sera assuré sur 100 000 euros. Ainsi, selon Astrid Cousin, la solution serait que les assurances augmentent ces quotités à hauteur de 75 % voire 100 %. Le coût de l’assurance sera plus élevé, mais cela permettra d’avoir une meilleure couverture pour l’emprunteur.