Prêt immobilier : une fin proche pour les questionnaires de santé ?

L’immobilier en France est en hausse après les nombreuses phases de confinements, de plus en plus de particuliers veulent investir dans la pierre. Les établissements, pour relancer l’économie cherchent des moyens pour faciliter l’accès au crédit immobilier sans contraintes particulières. La fin du questionnaire de santé pour accéder aux prêts immobiliers serait-il la solution ?

Avant de nous pencher plus en détail sur la fin et les effets de ce questionnaire, il serait préférable de savoir à quoi il sert. Les banques ou les organismes d’emprunt demandent ce questionnaire lorsque vous contractez une assurance de prêt immobilier pour votre crédit immobilier. En premier lieu, il a pour but d’établir un état des lieux de la santé de l’emprunteur. Ainsi, les informations doivent être très précises et non erronées. Il faut savoir que toute fraude ou manquement à la transmission des bonnes informations vous expose à des sanctions comme le stipule le Code des assurances. Si vous contractez un crédit immobilier avec votre codemandeur, alors il faudra remplir deux questionnaires.

Dans ce questionnaire de santé, plusieurs informations sont demandées :

  • Opérations subies,
  • Arrêts de travail,
  • Antécédents familiaux (maladie de cœur, diabète…),
  • Traitements spécialisés, traitements suivis actuellement,
  • Affections diverses (tumeurs, rhumatismes…),
  • Le poids, la taille,
  • Cures…
Prêt immobilier : une fin proche pour les questionnaires de santé ?

Ce questionnaire se remplit par oui ou par non en précisant la date et la nature de l’intervention à chaque fois. Il peut être rempli avec l’aide de votre médecin, avec votre conseiller ou directement en ligne.

Vers la fin du questionnaire de santé ?

Une banque française à récemment supprimé le questionnaire de santé pour une partie de ses clients. En effet, l’institution Crédit Mutuel a décrété que le questionnaire de santé ne sera plus demandé. Cependant, cette nouvelle mesure ne s’appliquera qu’aux clients fidèles de la banque. Le but recherché ici est de récompenser la fidélité. Il faudra alors avoir une ancienneté de sept ans dans la banque pour ne pas être concerné par le questionnaire de santé. Cela vaut uniquement pour les crédits immobiliers ayant vocation à obtenir une résidence principale.

En mettant cette action en place, l’institution s’expose à de nombreux risques. Cependant, cette opération ouvre les portes à une clientèle plus large. En devenant les premiers à supprimer le questionnaire de santé, la banque prend de l’avance sur ses concurrents. En effet, lors des simulations de prêts immobiliers, la balance pourrait peser de leur côté et devenir un critère important pour les futurs clients. Nous pouvons nous demander si l’abandon de ce questionnaire sera étendu aux autres institutions dans le futur.

LES OFFRES LES PLUS COMPÉTITIVES DU MARCHÉ

Des centaines d’offres comparées grâce à notre super comparateur, un seul but : vous offrir la meilleure pour votre projet immobilier ! Recevez en quelques clics une simulation gratuite pour  économiser des milliers d’euros.

Axa-Banque
banque-populaire
BNP-Paribas
boursorama-banque
Caisse_d_epargne
crédit_agricole
ing_direct
LCL
HELLOBANK
Logo crédit mutuel

Prêt immobilier sans questionnaire de santé, c’est possible ?

Il est important de connaître le lien entre prêt immobilier et questionnaire de santé, même si ce n’est pas évident. Dans le but d’obtenir un crédit immobilier, la banque vous demandera d’avoir une couverture d’assurance. Afin de pouvoir vous décerner le crédit immobilier et définir toutes les modalités de paiement, ce critère de santé est pris en compte.

Ainsi, la santé joue un rôle majeur dans l’obtention d’un crédit immobilier. Selon l’état de santé de l’emprunteur, les banques peuvent estimer inapte voire dangereuse l’acquisition d’un prêt immobilier. La banque prendrait trop de risques à prêter dans ces conditions. Le risque étant que la personne ne puisse plus rembourser pour raison de santé. Dans le cas où la banque accepterait de prêter, des pénalités pourraient entrer en compte pour l’emprunteur. Ces pénalités seraient sous la forme d’un paiement supplémentaire chaque mois en plus du crédit immobilier, appelé une surprime.

Ce surplus que doit payer l’emprunteur mis en cumul peut faire une grosse somme non négligeable. En effet, cela se compte en millier d’euros en plus à la fin du prêt immobilier. Ainsi, la banque en enlevant ce questionnaire lors de la phase d’emprunt allège la note pour les clients à risque ne voulant pas s’endetter davantage. Cela serait un avantage pour les clients mais également pour les banques qui verraient leur nombre de clients en forte hausse.

Conclusion

En mettant fin à ces questionnaires de santé, on pourrait envisager la banque uniformiser les contrats d’assurance pour ne pas avoir de manque à gagner. Les assurances étant en légère chute chez les banques, ils ont dû trouver d’autres moyens pour remédier à cela. En effet, on peut imaginer les banques contraindre ses clients à souscrire à ses assurances de prêt immobilier pour bénéficier de la suppression de ce questionnaire. Les critères pour obtenir un crédit immobilier sont de plus en plus durs, en réalisant cette opération cela facilite la tâche aux clients fidèles. Une chose est sûre, en étant les pionniers de cette démarche sans questionnaire de santé, la banque s’ouvre de nombreuses portes mais s’expose également à de nombreux risques.