Les propriétaires de passoires thermiques menacés par la loi climat

Les passoires thermiques ne seront plus acceptées d’ici 2034 selon la loi climat. C’est une course contre la montre pour les propriétaires qui ne souhaitent pas être mis à mal par cette loi et voir leur bien suspendu à la location.

Selon une enquête réalisée par PAP.fr, 31,8 % des propriétaires pourraient se retirer de l’investissement locatif. Ils estimeraient que les contraintes sont trop nombreuses pour la location de biens immobiliers. Cette enquête a été menée sur 6 177 propriétaires-bailleurs entre le 15 et le 22 novembre 2021. Ainsi, la loi climat est un véritable fléau pour les propriétaires de passoires thermiques qui risquent de perdre de l’argent en n’ayant pas de retour sur investissement. Le manque d’information et de visibilité sur les contraintes de cette loi fait encourir un risque à ces bailleurs. Une passoire thermique est un logement très énergivore, classé F ou G sur le diagnostic de performance énergétique (DPE).

Les passoires thermiques sont néfastes pour l’environnement, ce n’est un secret pour personne, cette loi est indispensable du point de vue de l’intérêt général. Cependant, le manque d’information concernant celle-ci est assez grand. Plus de 30% des propriétaires interrogés déclarent ne pas connaître les risques de cette loi pour leur logement énergivore. Cette loi rendra indécents les logements classés G au DPE en 2025 puis les logements classés F en 2028. Et enfin, les logements classés E seront eux aussi à leurs tours classés comme indécents à partir de 2034. Selon le sondage, seulement 24,6 % des bailleurs envisagent de continuer leur activité de propriétaires-bailleurs. En effet, cette décision serait inquiétante pour toutes les personnes logées dans des passoires thermiques.

COMPAREZ LES MEILLEURES ASSURANCES DE PRÊT SUR LE MARCHÉ

Économisez de l’argent grâce notre comparateur, de nombreuses assurances passés au crible. Une économie estimée à plus de 10 000 euros sur votre prêt immobilier garanti !

logo BNP Paribas cardif
logo Allianz
axa assurance et banque

Vendre plutôt que de rénover ?

Afin d’échapper à la loi climat, il faudrait rénover son bien immobilier ou bien le vendre en dernier recours. La plupart des propriétaires de passoires thermiques seraient plus enclins à vendre leur logement, car les travaux seraient à un coût trop élevé pour un retour sur investissement trop faible. Ces deux éléments sont les principaux freins à la rénovation énergétique pour la loi climat.

C’est une menace grandissante, car d’ici 2023, les logements G qui dépassent les 450 kWh par mètre carré seront interdits à la location. Cette première vague de la loi climat concernant pas moins de 90 000 logements en France. Cela étant dit, le nombre de passoires thermiques sur le marché a fortement augmenté. Selon l’analyse du site seloger.com, à Rennes le nombre de logements énergivores a augmenté de 74%, à Paris de 72% et à Nantes de 70%. Ce phénomène inquiète car de plus en plus de passoires thermiques sont sur le marché et les propriétaires sont réticents à l’idée de les rénover. Le risque serait de voir tous les locataires de ces logements se retrouver en difficulté par l’impossibilité de ces logements d’être loués.
Une solution pour les propriétaires serait de faire appel à l’Eco-PTZ, le prêt à taux zéro pour les travaux d’économies d’énergie.

Un rétrécissement du parc locatif est mauvais pour les particuliers qui souhaitent s’installer. Dans un marché en pleine crise, cela n’est pas bon signe pour l’avenir de l’immobilier. Ainsi, nous pourrons voir sur le marché de plus en plus de passoires thermiques mises à la vente, les propriétaires ayant peur de voir leur bien dévaluer préférant s’en débarrasser.